Haïku
Accueil
Calcul Mental
Maths
Français
Devoirs
Poésie
Allemand
Anglais
Histoire
Education civique
Informatique
ECR
Sport
Arts plastiques
Classe transplantée
Chant
Sorties, activités, infos parents
Exposés
Enseignants
Site du CM1c
Correspondants américains

Haïku

 

Une définition rapide

Le haïku est une forme japonaise de poésie permettant de noter les émotions, le moment qui passe et qui émerveille ou qui étonne.

C'est une forme très concise, dix-sept syllabes en trois vers (5-7-5).

C'est une forme très active, très vivante, vraisemblablement la plus utilisée au monde. Il y a des concours de haïku (haiku taikai) portant sur un thème donné, organisés au niveau mondial par de grandes entreprises japonaises ou par des institutions. Classement 

Le haïku classique évoque ce que l'on voit,  une saison et une émotion

Pour créer un haïku

 

 

Quelques haïkus

 

Commencement de l’hiver –
Le soleil léger du matin
Naît de l’arrosoir.
 
 
Uejima Onitsura ( 1660-1738 )
 
 
 
 
Rien ne dit
Dans le chant de la cigale
Qu’elle est près de sa fin.

Matsuo Bashõ ( 1644-1695 )
 
 

 

Pour savoir ce qu'est le feu
Il faut s'y brûler
De même l'amour

 

Le vent se lève,
Un vent de la montagne !
Tu es contre moi.

 

Un escargot !
Une corne courte, l’autre longue
Qu’est-ce qui le trouble ?

 

Le papillon bat des ailes
Comme s'il désespérait
De ce monde.
Kobayashi Issa ( 1763-1828 )
 
 
 
 
Grimpe en douceur
Petit escargot
Tu es sur le Fuji !
Kobayashi Issa ( 1763-1828 )
 
 
 
 
Une pierre pour oreiller
J’accompagne
Les nuages.
Taneda Santoka ( 1882-1939 )
 
 
 
 

Pendant ton sommeil
je joue avec les nuages
et tu n’en sais rien
 
Sous l’épaisse pluie
un champ de blé succombe et
se laisse inonder
 
 
Un beau soleil blond
fond à l’horizon du jour
où la forêt rit
 
 
Cerisier sauvage
au bout d’une branche
un village
 
 
Tombés de la nuit
des petits morceaux de lune
à travers les branches
 
 
Modeste spirale
de l’escargot
près de la lune
 
 
J’éternue
et perds de vue
l’alouette
 
 
Le voleur
a tout emporté sauf
la lune à ma fenêtre
 
 
une fleur tombée
remonte à sa branche
c’est un papillon !
 
 
Le serpent s’esquiva
mais le regard qu’il me lança
resta dans l’herbe
 

 

© 2018 Ecole Lucie Berger de Strasbourg